AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un, deux, trois.... Faisons éclater les cages ! (Pv. Hunter.)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Un, deux, trois.... Faisons éclater les cages ! (Pv. Hunter.)   Ven 26 Sep - 1:01

<< Me touche pas Connard ! >>

C'était de la merde. Mais vraiment juste de la putain de merde. Il en avait marre. L'animalerie allait bientôt fermer et il était encore enfermé. Il en était furieux. Il détestait être dans une telle situation. Une bête comme lui méritait bien plus d'espace. Ce manque flagrant d'espace le m'était hors de lui. En même temps... quel idée aussi d'enfermer un taureau dans une minuscule cage !? Non mais !Il tapait rageusement du sabot contre le sol miteux de sa cage. Et oui, il refusait de prendre son autre forme. Il n'allait quand même pas leur faire ce plaisir. C'était même certain. Montrant des signes plutôt évitant de son énervement, il bougeait beaucoup la tête, tapant la cage avec ses cornes plutôt massives. Sortir. Oui... Il devait sortir et aller courir un peu, ça lui ferait du bien... Du moins, même si il aurait à revenir être enfermer dans cet endroit plus que miteux.

Allez ! Ce n'était pas la première fois qu'il le faisait. Ces idiots n'ont toujours pas les moyens de faire fabriquer des cages plus solides, tant pis pour eux ! Tapant le sol avec un sabot, il le frotta deux fois, secouant la tête.... Puis il se donna un léger élan avant de donner un violent coup de corne dans la porte de la cage tout en chargeant. Il pu donc envoyer valser la dite porte vers le fond du magasin. Mais il ne s'arrêtait nullement. Dévalent alors les couloirs de ranger, il manqua de très près de foncer sur des clients, voir de les piétiner. Il finit tout de même à voir la porte d'entrée ce rapprocher. Le seul obstacle... Le foutu vendeur qui faisait une tentative avec un taser. Quelle connerie. Oui,bon, au passage, il pu se prendre une décharge, mais ça ne lui fit rien. Ce n'était que comme si cela avait été qu'une pichenette. Ne s'arrêtant pas, il fonça dans la porte la défonçant plutôt de manière brutal avant de prendre la direction des ruelles. Il commençait à toutes les connaître à la longue.

Il prit donc une bonne heure à courir ainsi avant de finalement se stopper lentement pour prendre le temps de respirer. Il faisait nuit. Il était dehors. Que faire ? C'était bien la question qui trottait doucement dans sa tête. Il ne pouvait pas rester ainsi à découvert. Mais il ne pouvait pas non plus ce cacher. Ne sachant que faire, il se mit au trot, allant vers des ruelles qui lui étaient inconnues. Il devait trouver quelque chose avant d'être trouver. Mais c'était bien plus simple à dire qu'à faire. Regardant donc autour de lui, il avait les oreilles aussi hautes qu'elles pouvaient pour pouvoir entendre. Il se devait d'être aux aguets. Des chasseurs pourraient très bien se pointer et s'en prendre à lui. Rha. Tout ça le mettait en rogne. Il devait se rendre à l'évidence, i n'avait nul par où ce cacher. Il finit donc par changer de forme, observant les cachettes possibles...

Mais il ne pu réfléchir bien longtemps qu'il entendit des bruits. Il se cacha alors dans une cache de sdf et attendit, silencieux. Des bruits de pas. Des paroles. Deux hommes. L'un semblait renifler l'air. Et merde. Si c'était un hybride canin, il était griller d'avance. Il écouta encore, n'osant pas sortir pour voir...Les deux inconnues s'arrêtèrent devant la cache où il était. Fais chier. Retenant un grognement, le taureau hésita un instant, mais remarqua alors que les deux hommes tentèrent de regarder pour voir l'intérieur de la cache. Il ne ce fit plus attendre alors et reprit sa forme de taureau, laissant en miette la cache et prit la fuite en coursant. Il cru un instant pouvoir les semer. Car oui, c'était des chasseurs. Courant, il s'osa un regard vers l'arrière, mais cela lui fut désavantageux vu qu'il fonça de plein fouet dans un mur de ciment. Il en fut plus que surprit qu'il s'arrêta, fixant le mur... Mais alors qu'il voulu repartir, il senti qu'on lui faisait plusieurs piqûre d'un coup. Ah merde...des sédatifs à cheval...plusieurs sédatifs à cheval.. Ce fut donc le noir total.

"Réveil toi sale bestiole !"

Que de douce paroles à ses oreilles. Il n'ouvrit même pas les yeux, ça tête lui faisait un mal de chien. Que s'était-il passer déjà.. ? Ah oui... Sa fuite, sa tentative de cachette, les chasseurs.... et leur foutu sédatifs à cheval. Saleté. Grognant donc,il entrouvrit un oeil pour observe. Ah. L'animalerie. Et vu la lumière, c'était le jour. La nuit avait donc passé si vite.. ? Fait chier.

Semblant avoir ce qui se rapprochait le plus d'une gueule de bois, il se mit difficilement assit. Grognant encore, il se frotta un oeil avant de regarder autour... Hein.. ? Il toucha alors son cou et... Remarqua un collier électrique... Et il pu aussi remarquer qu'il avait un pied enchaîner a un mur. Bon.. Ok. Ce coup là, il l'avait bien mérité. Mais au moins, il avait un avantage. Il n'était plus dans une cage. Non, il était même au centre du magasin. Le bovin pu remarquer une fiche de vente sur le mur. Huhu. Le vendeur m'était un prix plutôt élever simplement car c'était un bovin. Mais il n'apprécia pas qu'il y ai une notice de dangereux. Il n'avait quand même tuer personne ! Il ne fallait pas exagérer voyons ! Il regarda alors autour de lui. Hm. Il avait fait des dégâts, c'était certain, mais ils avaient déjà mit des employers pour réparer ses conneries. Il dût donc rester assit, ce mettant à réfléchir à comment ficher le camp de nouveau, car il ne voulait certainement pas rester ici. Pas avec l'autre con qui lui en voulant !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un, deux, trois.... Faisons éclater les cages ! (Pv. Hunter.)   Dim 28 Sep - 9:10


My dear ; little steak ~

Encore en consultation, depuis environ dix heures maintenant. J'avais fait des aller-retour entre le cabinet vétérinaire et chez les patients qui me demandent de venir à domicile. Bien que je gagne ma vie convenablement, finir si tard me fatiguait, et les hybrides n'étaient pas tous de gentilles boules de poils. Mes bras ne s'en souviennent que trop bien. Encore aujourd'hui, un hybride aigle royale m'a transpercé la main avec ses griffes acérées, je l'ai senti passé, mais il a été bien puni. Malgré que les maîtres n'aiment souvent pas mes méthodes, ils me laissent injecter du sédatif aux animaux trop énervant, ou même les calmer avec une décharge électrique provenant de ma taser. « Monsieur, nous avons reçu un appel urgent de l'animalerie. » Elle, c'est mon assistante, ou plutôt ma secrétaire, elle se charge de me rappeler que je dois faire attention à moi, que je dois être moins brutal et elle m'engueule lorsqu'un hybride me blesse. Elle ne comprend pas non plus que je sois toujours seul à mon âge. Elle est une sorte de maman plus jeune que moi, mais elle m'emmerde. « Je ne peux pas là ! » J'étais en pleins puçage d'un hybride cheval, mais il ne tenait absolument pas en place et la tâche devenait compliqué. Mais après plusieurs minutes d'un acharnement sans fin, j'y suis arrivé. Ces puces là servaient aux maîtres avec des animaux un peu trop fugueurs, elle dit l'emplacement exact de celui-ci sur l'île. C'est alors simple de le retrouver.

Ah, il est déjà vingt heures... « Fermez ici, je vais aller voir ce qu'il se passe. » Elle acquiesce et éteint toutes les lumières après que je sois sorti. J'avais une valise en main pleines de sédatifs et quand même de pansements au cas où. Je me dirigeais alors vers ma voiture et partit à l'animalerie où je vis les énormes dégâts causés par la bête. « Eh bien... ! » Le vendeur court alors vers moi, apparemment rassuré de ma présence en ces lieux. « Ah... Monsieur Therry ! Je ne vous attendait plus ! Il est partit par là-bas ! » Il pointe du doigt le chemin approximatif qu'à emprunter l'hybride. « ... C'est un taureau ! Il est puissant, faites attention ! » Je me mis alors à rire à cause de sa bonne blague. Aucun hybride ne me fait peur, personne d'ailleurs n'arrivera à me faire sourciller. Et puis même si c'est un taureau, j'arriverai à le maîtriser, il en va de ma réputation du meilleur vétérinaire de toute l'île.

Quelques chasseurs étaient apparemment déjà sur le terrain, me voilà dernier dans la course alors ? Mais j'y arriverais à l'avoir. Le vendeur m'avait prêté un hybride chien renifleur, j'avais toutes les chances de mon côté. A part si ce chien ne se montrait pas très coopératif. « Aller, renifle l'autre ! » Le chien reste fier, les yeux clos et la bouche fermée. Je lève alors mon fils tranquillisant et lui met un coup de crosse dans le visage. « Si tu reviens amoché je dirais que c'est la faute du taureau. » Il avait poussé un petit miaulement lorsque je l'avais frappé et se met maintenant à chercher sagement. « Quelque ch- ... ? » Je me retourne en entendant un sacré bruit venir de derrière moi, c'était ma cible qui avait... foncé dans un mur ? Il est idiot. Je me mets alors à genoux, vise et tire une première flèche sur lui, le chien essaie de m'empêcher d'en mettre une deuxième mais je lui remets un coup dans la mâchoire et le voilà à terre. Je tire alors encore une ou deux fois jusqu'à ce que la bête s'écroule.

♦ ♦ ♦

La sonnerie du réveil que j'avais oublié de désactiver me fait me lever tôt pendant mon jour de congé, je suis du coup encore plus de mauvais poil que d'habitude, pour changer. La nuit a été courte et c'est à peine si j'ai pu me reposer. Les chasseurs et le vendeur de l'animalerie ont voulu aller boire un coup pour fêter ça, j'ai accepté pour me faire bien voir. Mauvaise idée : Une gueule de bois ce matin. Mais ça ne m'empêche pas de me lever, même si ma démarche est lente comme une larve. Je prends comme d'habitude mon café corsé et va ensuite me laver et m'habiller. La douche était brulante, et mon pantalon est encore trop serré, aurais-je pris du poids ? ... C'est quoi ça ? J'me comporte comme une fille. Tseuh. C'est la gueule de bois, la gueule de bois.

Rien d'important sur le calendrier aujourd'hui, je mets une croix sur ce jour aussi. Je ne sais pas quoi faire, je réfléchis et je tourne en rond dans la maison. Peut-être pourrais je relire un livre de mon immense bibliothèque ? ... " Vous n'avez pas le droit d'être seul à votre âge. " me dit la voix de mon assistante dans ma tête. Je soupire et décide alors de partir en direction de la ville, j'habitais dans une campagne reculée dans ma maison plus ou moins grande et alors la voiture est bénéfique. Je m'arrête alors devant l'animalerie et réfléchis deux minutes. J'allais prendre un animal aujourd'hui ? Peut-être bien. Je pourrais enfin passer mes nerfs sur quelqu'un en dehors du travail. Cette idée me fit sourire sadiquement.

Une fois arrivée dans le magasin encore en piteux état, je passa le bonjour au vendeur et me balada de cage en cage avant de voir l'homme bronzé d'hier soir. Je décidais de m'approcher. « Bah. T'es plutôt frêle sous cette forme, j'imagine qu'on peut te casser facilement. » Je me mis à rire doucement. « T'as l'air d'aller bien après tout le sédatif que t'as reçu. Tu te souviens de moi ? » Je laissa un temps, continuant de sourire en le voyant si faible. « C'est moi qui t'as fait tout ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un, deux, trois.... Faisons éclater les cages ! (Pv. Hunter.)   Lun 29 Sep - 0:10

<< Va te faire foutre vieux con ! >>


Le sédatif à cheval... Enfin, la multitude de sédatif à cheval avait pu l'endormir, bien aider par le vilain coup qu'il s'était prit en fonçant dans lu mur. Ce n'avait pas été prévu ce foutu mur, pourquoi était-il venu se mettre directement dans son chemin ? Eh merde. Enfin bref. L'hybride se repassait la scène de la veille. Les chasseurs ne pouvaient tout de même pas lui avoir mit du sédatif, surtout cette quantité. Alors.. Qui ? Un petit nouveau ? Cette question plus qu'intéressante pour lui... lui trottait dans la tête. Hm. Il ce fichait complètement du bordel qu'il avait pu causer. Bien fait pour ces idiots ! Ils n'ont qu'à pas l'enfermer dans des endroits restreints alors qu'il préfère les grands espaces. Enfin bon. Dur dur de pensé calmement alors qu'il avait une foutu gueule de bois sans même avoir bu. Il se frotta alors de nouveau la tête. Rha... Mais combien en avait-il reçu ? Il n'avait pas compter tant il avait senti de ces foutu machin lui transpercer les fesses. Même... Il en avait justement le postérieur engourdit. Il espérait grandement qu'aucun débile n'avait oser le tripoter là, sinon il le regretterait amèrement. Pff. Être enchaîner à un mur, c'est chiant. Très chiant. Il s'amusa même un peu à tirer avec son pied. Comment pourrait-il sortir si il est attaché... En même temps, un coup de sabot et la chaîne ne serait qu'un ancien problème. Le vrai problème était le collier. Saleté de cochonnerie technologique !

Enfin bon. Il soupira légèrement, secouant un peu la tête. Il aurait bien aimer avoir quelque chose de plus confortable pour dormir que du plancher. Il préférait encore devoir dormir debout tant qu'à y être. Mais bon. Il se laissa retomber sur le dos pour observer tranquillement le plafond. Il n'avait pas amocher celui-ci, alors ce n'était pas moche ou en ruine. Il passa un peu le temps à les compter. C'était mieux que rien, non ?

"Vingt-deux... Vingt-trois... Vingt-quatre..."

Mais mon compte fut coupé. Part la voix d'un homme. Hm. Sa voix était plutôt belle, mais un tantinet moqueuse. Foutu humain.

"Bah. T'es plutôt frêle sous cette forme, j'imagine qu'on peut te casser facilement."

"....Va te faire foutre le vieux. Tu vois pas que je suis occup-..."

Il avait alors glisser son regard vers l'homme qui était debout non-loin de lui. Hm. Sexy ce mec. Il ne lui ferait surement pas trop mal. Mais son sourire était à chier. Il le fixa donc, l'écoutant continuer;

"T'as l'air d'aller bien après tout le sédatif que t'as reçu. Tu te souviens de moi ?"

Hein ? C'est cette tête de gland qui lui avait envoyer ce paquet de sédatif à cheval ? Il n'avait pas une gueule de chasseur. C'est quoi ce bordel. Surtout que... Il semblait l'avoir entendu rire. Ce mec se payait sa tête ou quoi ?

"C'est moi qui t'as fait tout ça."

Une chance pour cet imbécile que le taureau ait un collier électrique au cou, sinon, il lui aurait très probablement égorger à coups de cornes. Saleté d'humain. Mais bon. Le bovin resta étendu au sol, étonnamment calme. En même temps, il avait une de ces gueules de bois. Il l'observa attentivement. De bas en haut. Ouais. Ce mec était loin d'être un chasseur. Quoi alors ? Il n'arrivait pas à deviner. Mais il aimait bien ces yeux. De beaux yeux. Hm. Et à entendre sa voix... Il avait bien envie de l'écraser pour l'entendre lui dire d'arrêter. Le taureau avait des envies de domination. Et plus précisément, des envies de dominer cet homme qui semblait ce croire plus fort que lui.

Il se décida alors à ce bouger et ce remit assit, dos à l'homme. Hm. Ce mec lui avait mit les sédatifs, mais ce n'était pas les mecs qu'il avait vu. Mais, il ne pu s'empêcher d'avoir un sourire au visage. Cet homme n'était surement pas venu pour rien... Et le taureau avait envie de se divertir. Autant utiliser cet homme et tant pis si il restait attacher là.

"Hm. Juste une petite gueule de bois. Mais t'avais l'avantage que j'aille foncer dans le mur par erreur..."

Il envoya sa tête vers l'arrière tout en restant assit dos à lui pour pouvoir l'observer un peu, mais ce mit à sourire. Huhu. Il avait bien envie de jouer. Jouer à le faire chier et à le provoquer.

"...T'aime te vanter ? On dirait un enfant de neuf ans ~ Petit enfant, retourne donc jouer ailleurs ~"

Oui bon, sa 'gueule de bois' l'empêchait de penser à mieux comme réplique à lui lancer, mais il voulait tout de même le faire chier. Et puis... Il était bien curieux de voir comment allait réagir cet humain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un, deux, trois.... Faisons éclater les cages ! (Pv. Hunter.)   Mer 8 Oct - 15:57



My dear ; little steak ~

La journée n'avait pas trop mal commencée mais je n'étais pas quand même très en forme, il faut dire qu'avec la beuverie d'hier moi aussi j'avais la gueule de bois. Ce qui nous fait un point commun à lui et à moi. Le seul, car lui c'est un animal et moi je ne suis qu'un simple humain. Il m'arrive de penser qu'ils sont plus chanceux que nous d'avoir ce genre de gênes, car il pourrait être plus puissant, ça dépend toutefois d'avec quoi ils sont croisés, mais ce taureau... Ce taureau devait être puissant. En même temps voir ce genre de gros tas de muscle impuissant c'était tout à fait anormal. Enfin, je pense cela mais c'est le cas, ici, il était attaché et pour lui impossible de pouvoir défaire les liens sous cette forme et puis le gros collier autour de son cou l'empêchait de pouvoir devenir l'animal caché tout au fond de lui.

Je l'observais mais je savais que lui aussi faisait de même, il devait se poser des tonnes de questions sur moi comme moi je m'en pose sur lui, parce qu'une fiche de description avec son prénom, sa race et son âge, ça ne va pas me mener bien loin. Je soupirais tout en lisant attentivement, relisant et relisant. Il n'y avait rien à lire et pourtant, je restais là, statique, les mains dans les poches comme lorsqu'on attend ses parents à la sortie de l'école et qu'ils se ramènent avec une heure de retard, un sachet de bonbons à la main. C'est le pire souvenir niais que j'ai eu depuis longtemps, est-ce sa faute ? Oui c'est ça. C'est sa faute à ce bovin, il m'énerve sans rien faire, je ne sais pas pourquoi ni comment mais il réussit en quelques sortes à m'attirer vers lui. Alors c'est vrai : Les contraires s'attirent ? Du grand n'importe quoi. Une phrase toute faite pour les gens en mal d'amour ou pour les désespérés. Je ne suis pas comme ça, je suis fort, sadique et méchant. Je n'ai besoin de personne mais j'en ai quand même marre d'être seul, c'est ennuyant.

Alors je décide de m'approcher le plus possible de lui, même si c'est dangereux, je n'ai peur de rien même pas de lui alors qu'il pourrait me tuer en quelques coups. Mon bras se tend vers lui et ma main se pose sur son crâne, la refermant dessus pour le serrer mais pas trop fort. Je souris de plus en plus, lui montrant mes dents et mes canines pointues comme celles d'un chien. Je ris doucement et ajoute. « Ailleurs ? Oh, mais non, j'ai très envie de jouer avec toi vois-tu. »

;w; :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un, deux, trois.... Faisons éclater les cages ! (Pv. Hunter.)   Sam 6 Déc - 22:03

<< Sale connard d'humain. >>


Il avait garde ses yeux vers lui. Il le détaillait, l'observait, l'analysait... Enfin... Il tentait de le comprendre, d'une certaine manière. Cet homme l'intriguait de plus en plus. C'était bien le premier qui semblait tant s'amuser à le narguer et à le frustrer. Pfff. Foutu humain.. Hm.. Il semblait dans ses pensées. Marrant. Le taureau était encore dos à lui, assit au sol... Avec le putain de collier électrique autour du cou. Parlant de ce truc... Il devrait peut-être tenter de 'forcer' pour se l'arracher.. Le bovin savait que pour lui, ce genre de chose n'était rien, rien du tout.. Simplement car il était endurant... Bien plus endurant que bien des hybrides qui existe... Enfin bon. Pour l'instant, il jouait au petit hybride crétin et faible ayant une gueule de bois. Oui, il avait une gueule de bois, mais il n'était pas faible ni crétin, bien loin de là.

Pour le moment... Pour le moment... Il était là, dans cette animalerie saccagée, attaché comme une simple bête avec un collier électrique et une chaine. Avec cette homme. Ce grand ténébreux mistérieux.... Ce mec qui le regardait de haut avec mépris. Hm. Quelle paie. Mais il aimait bien ça, même, adorait ce sale con. Certes, il ne le connait pas, mais ça ne dérangeait pas franchement, car il avait dans l'idée que ce beau ténébreux repartirait sans doute avec lui.

Une main. Un foutu putain de mains sur sa tête. Pour qui il se prend se débile ? Il se permet de me toucher ? Une frustration montait rapidement. Il osait.... Il osait.. ! Grrr. Il détestait grandement qu'on le touche. Il détestait plus que tout d'être toucher. Que ce soit n'importe qui ne changeait rien, il ne fallait pas le toucher.. Oh qu'il ne fallait pas.

"Ailleurs ? Oh, mais non, j'ai très envie de jouer avec toi vois-tu."

"...... Tu ose poser une mains sur moi.."

Il bouillonnait de l'intérieur. Ses cornes le démmangeait tant il voulait l'empaller contre un mur. Il bouillonnait tant que... Le collier s'était activé et lui envoyait de bonne charge pour le calmer, mais ça ne lui faisait rien, rien de plus que de léger picotement. Il serra légèrement les point avant de soudainement aller lui mordre brutalement la chose la plus proche qu'il pu et se retrouva donc à lui mordre la jambe jusqu'au sang, étant à deux doigts de changer de forme pour l'écraser si ce crétin osait garder sa mains là. Mais il ne lacha pas sa jambe, ne relachant pas la pression qu'il mettait. Il grondement sorti de sa gorge alors que le collier vibrait tout en envoyant de décharge tout à fait inutile.. Mais hors de question de le laisser faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un, deux, trois.... Faisons éclater les cages ! (Pv. Hunter.)   Mar 9 Déc - 16:04



L'ennuie me fera t-il acheter cette bête ? La réponse est sûrement oui. Je ne me rappelle que trop bien ce que me dit tous les jours ma secrétaire lorsque j'arrive au cabinet et qu'elle s'étonne que je ne sois toujours pas marié depuis la veille. Non, elle ne me fait pas d'avances, parce que je suis son patron et elle connait mon caractère assez étrange, aussi elle est déjà mariée et forcément très heureuse et amoureuse, aussi niais que cela puisse paraître. D'un côté je l'envie d'être contente de rentrer chez elle le soir en sachant que quelqu'un ou qu'un simple post-it avec un gentil mot dessus l'attend à la maison. Elle a quelqu'un a emmerdé surtout, sur qui crier. Je me transforme en gros jaloux.

Mais je le voulais lui, Saigai. Pour l'emmerder le plus possible, parce que je sais déjà qu'avec cette simple main sur sa tête je l'énerve déjà. Et ça me plais énormément, à un point inimaginable pour quelqu'un qui n'est pas sadique. Mais elle restera là cette main, sans bouger. Je regardais autour de moi en souriant fièrement comme si je venais de chasser un gibier et qu'il était sous mes pieds. Mais d'un seul coup, je sentis une sorte de décharge dans ma cuisse qui me fit serrer ma main sur sa tête aussi fort que j'avais mal. J'aime administrer la douleur mais pas la ressentir, je ne suis pas masochiste. Est ce qu'il essaie de me faire comprendre qu'avec lui je le deviendrai ?

Mais même si j'avais mal, je ne bougeais pas et restais le plus humble possible, pour qu'il finisse par en avoir marre et lâcher. « Saigai. » Je bougeais un peu la cuisse pour qu'il retire ses crocs, douleur insupportable, ma main était toujours ancrée sur sa tête, lui tirant les cheveux. « T'es à moi. » Cette phrase me fit même sourire sadiquement, j'avais hâte de voir ce que mon taureau avait en réserve pour me pourrir la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un, deux, trois.... Faisons éclater les cages ! (Pv. Hunter.)   Mer 10 Déc - 9:17

<< Tu crois m'avoir ? C'est toi qui m'appartiendra ! >>


Il se remplissait bien vite de haine, de frustration et de colère en plus d'agacement. Cet homme l'avait mit hors de lui. Mais il était rester calme... Enfin... Calme.... Pas vraiment vu qu'il était présentement en train de lui mordre la jambe au sang sans aucune gêne. Tout ça, simplement car il avait poser sa vulgaire mains sur sa tête.... Enfin.... Le taureau détestait être toucher sans avoir donné son accord. Il hait les contacts sauf si c'est lui qui les faits, bien entendu. Mais... Il était tout de même calme par ce geste... Tout simplement car il n'avait pas encore changer de forme, mais cela ne saurait tarder si l'on peu dire ça ainsi... Il recevait de fortement charge électrique de part son fameux collier technologique, mais ça ne semblait pas vraiment faire l'effet voulu... En fait, cela l'enrageait encore plus et ne le faiblissait pas du tout.

Ce fut que lorsqu'il entendit l'homme prononcer son prénom... Il eut un déclic. Il allait lui faire sa fête. Il lui ferait payer pour l'avoir endormie la veille... Oh oui, il lui en ferait voir de toute les couleurs. Le laissant tirer et gigoter un peu, il ne lacha pas pour autant mais leva les yeux pour le voir un peu. Quel crétin cet humain. Le taureau était à lui ? Loin de là, cet homme sera plutot a lui! Huhu. Une petite vachette. Mais la phrase le frustra encore plus.. Et se fut pire en voyant ses reactions. C'était trop pour le bovin, il ne pouvait plus rester calme et le collier lui tapait pas mal sur les nerfs...


Ce fut alors suite à un fort grondement qu'il changea de forme. Allant même jusqu'à carrément faire éclater le fameux collier électronique qui le gênait... Mais.. Malgré sa transformation, il ne lacha pas sa prise sur sa jambe, il était donc penché, mais pointa l'une de ses cornes près de l'entre-jambe de l'homme. Il grognait de frustration et tapait du sabot contre le sol. Bien sur... Sa transformation ne passa pas inaperçu, vu que quelques vendeurs s'approchèrent avec... Des Teasers.... Pensaient-ils franchement que ses trucs aurait effet alors qu'un collier électrique n'y avait pas réussi?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un, deux, trois.... Faisons éclater les cages ! (Pv. Hunter.)   Sam 13 Déc - 18:33


J'aurai dû sûrement depuis longtemps sortir un sédatif de ma veste pour l'injecter dans la cou de cette bête qui me mordait toujours si fort la jambe, ça me faisait en effet mal, et aussi peur de perdre ma jambe, comme si j'avais envie de me retrouver sur une jambe moi. Je les sentais bien ses crocs qui s'enfonçaient dans ma chaire comme pour me manger, je saignais, le sang coulait le long de mon tibia et tâchais mon pantalon d'une couleur foncée, tant mieux. Mais pourquoi est-ce qu'il m'attire tellement ? Je commence à devenir fou, même si je le suis déjà depuis longtemps.

Alors que ma main était toujours posée sur son crâne pour prendre appui, je le sentais s’agiter apparemment de plus en plus énervé par ma faute, bien sûr, cela me faisait rire de l'intérieur. Car l'extérieur n'était que de marbre, je ne montrais rien de ce que je ressentais, comme d'habitude, aucunes faiblesses sur mon visage, je n'essayais pas de fuir ni de bouger, j'attendais juste qu'il se calme pour que l'on puisse trouver un terrain d'entente, bien que je pense que ce soit assez dur avec un animal comme celui-ci, un caractère de cochon alors qu'il est un taureau. Un taureau, hm. Je me demande même s'il en a une grosse dans son pantalon, ça m'intrigue, mais vu comme il semble fragile ça m'étonnerait.

J'enlevai alors ma main au dernier moment avant de le voir se transformer, intéressant ça, quel bel animal et têtu en plus de ça. Il tenait toujours ma jambe comme s'il voulait m'emmener quelque part avec lui, je pourrais très bien l'emmener chez moi après tout. Bien sûr il ne passe pas inaperçu l'animal, je voyais les vendeurs s'agiter en voyant la scène : ce qui est tout à fait normal après tout. La tête tournée vers eux, je me demandais si c'était moi ou le taureau qu'ils voulaient électrocuter. « Écartez-vous monsieur. » Ils sont soit cons, soit bigleux de toute façon dans tous les cas je ne peux pas bouger même s'ils me le demandaient des milliards de fois, j'essayais pourtant de tirer sur ma jambe à présent, seulement la douleur s'intensifiait et... Je ne suis pas encore masochiste, même si ça ne saurait tarder.

Mes parties génitales semblaient en grand danger devant les cornes pointues de l'animal en furie, mais il fallait rester humble face à cela et ne pas céder à la panique de perdre ce qu'on a de plus précieux, son instrument de plaisir. Il fallait bien que je finisse tout de même par sortir mon arme secrète de l'intérieur de mon manteau, non ce n'était pas un flingue bien que j'aurai pu, juste une seringue remplie d'anesthésiant pour chevaux. « Eh, lâche moi Sai. Sinon tu vas faire un gros dodo. » Je commençais à entrer doucement l'aiguille dans la peau de son cou, attendant un signe sans doute de refus de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un, deux, trois.... Faisons éclater les cages ! (Pv. Hunter.)   Ven 19 Déc - 0:00

<< Grr. Connard va. >>

Il le détestait déjà.. Enfin. Il le détestait pour ses foutu seringues. Le bovin était loin d'être idiot. Il le savait. L'aiguille lui donnait une sensation qu'il connaît trop bien. Il haissait cela, mais en avait, malheureusement, l'habitude. Il n'y pourrait rien... Enfin bon. La sensation le fit frissonner. Aussi, il avait l'habitude des anestésiants. Ce n'était surement pas un sédatif à cheval qui allait le mettre KO. Fallais pas rêver non plus. D'un autre côté... Il n'avait pas envi de recevoir ce sédatif... Il avait bien suffisament mal à la tête avec ceux qu'il avait eu la veille. Fait chier... Rha ! Il frustrait de ce fait. Mais il leva alors son regard vers l'homme... Simplement pour l'observer un instant... Ce foutu mec semblait à un mur, zéro réaction, rien. C'était frustrant... M'enfin, il devait faire quelque chose, ne voulant pas recevoir ce sédatif malgré que ça ne lui ferait rien.. Il continua donc de l'observer.

Puis.. Il se décida à lacher sa jambe, d'un moubement brusque, en reculant et grognant. Son mouvement rapide et imprévisible eu pour effet de casser l'aiguille de la seringue, en laissant donc un bout dans sa peau, mais ça, il s'en contre fichait. Reculant donc, il donna un brutal coup de sabot au sol et revela la tête en fixant l'homme tout en prenant une légère pose typique de bovin fier. Grognant de nouveau, il ne détourna pas son regard de l'humain, mais ne savait qu'un des crétin de l'animalerie faisait une tentative dans son dos pour lui mettre une décharge... Il donna alors un coup de sabot vers l'arrière, frappant directement l'employer en plein dans l'estomac, l'envoyant contre le mur sans douceur. Il ne fallait pas l'emmerder.. Mais son regard ne se lâcha pas de son futur 'maître'.

Plus calme que tout à l'heure, il garda la tête haute malgré qu'il ai du sang sur la gueule et que l'aiguille briser le fasse saigner. Il s'en contre fichait. Mais... Il s'approcha de nouveau de l'homme... De ce débile qui l'avait endormit la veille. S'approchant donc, il le détailla... Mais.. Eu soudainement une envi qui le traversa. Maintenant il savait... Il ferait de cet homme... Sa vache. Huhu. Restant approcher, il fit alors expres de le faire tomber sur le dos sans douceur et le garda au sol en posant un sabot sur son torse sans pour autant appuyer... Il ne fallait pas qu'il écrase ce qu'il considérait déjà comme sien. Il le garda un instant ainsi tout en le fixant...

Puis il le lacha en lui tournant le dos, trottant vers la porte d'entrée avant de changer de forme.. Prenant sa forme plus... Humain. Il tourna ensuite la tête vers l'homme, soupirant. Ah oui... Acheter... Ce mec devait payer.. Bas qu'il le fasse. Et puis... Le taureau était maintenant nu, mais il s'en fichait complètement, il était fier de lui même, sa fierté de taureau était plus forte que tout, alors être nu ne le gênait nullement.

"Aller ! Paie, j'en ai ma claque d'être ici avec ces cons !"

Un ton sec et hautain sans aucune gêne. Il attendait près de la porte, saignant encore à l'emplacement où était le résidu d'aiguille, mais il semblait faire comme si de rien n'était. La douleur y était, mais il avait l'habitude donc bon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un, deux, trois.... Faisons éclater les cages ! (Pv. Hunter.)   Lun 29 Déc - 16:26


Je restais de marbre malgré la douleur toujours incessante. Je ne savais que faire mais je ne le montrais pas. Voilà un adversaire à ma taille, c'est lui que je veux, je veux arriver à le dompter. Même si cette aiguille ne lui ferait rien de toute façon, je tente quand même le coup de l'emmerder encore une fois avec cela, lui présentant juste devant les yeux, ça avait l'air de le déstabiliser et j'étais en quelque sorte fier de moi. Un léger sourire se dessina alors sous mes lèvres tandis que mon regard rejoignit celui de l'hybride, le taureau énorme qui semblait vouloir me faire peur, ou tout autre chose, je n'arrive pas encore à lire dans la tête des gens, c'est assez dommage en effet.

Le bovin se mit alors à mouvoir et m'arracha un grognement en retirant ses crocs de ma jambe, c'était pas très beau à voir, ce n'est pas si profond que ça en a l'air mais ça saigne un peu. Bien que mon pantalon soit de couleur sombre, la tâche se voit assez tout de même. Je soupire alors en sursaute en entendant quelque chose se casser. En voyant que c'est le bout de la seringue, je fronce les sourcils. Mes yeux se plantent alors de nouveau dans ceux du taureau, un sourire presque de défi aux lèvres. J'admire la scène, droit comme un fils de bonne famille et manque de mourir de rire en voyant l'autre s'envoler, littéralement. Je me retins alors en mordant ma lèvre inférieure. Il est fascinant.

Je fis alors un pas mais m'arrêta en le voyant s'approcher aussi. Je l'attendais alors, mais ne m'attendant pas à tomber en arrière, je ne pu me retenir ni me redresser à cause de son sabot posé sur mon torse. Je me demandais bien ce qu'il comptait faire ensuite, j'étais un peu blasé. Il va me casser si ça continue. Je redressa alors la tête pour voir avec un peu plus d'ampleur autour de moi et vit la chose qui fait de lui un mâle. Cette chose que je n'aurais pas dû voir. Je me laverai les yeux à l'eau de javel pour avoir regardé trop longtemps ça. Je me demande s'il a la même en étant une humain. Cette idée me fit frémir et ma tête finit par retomber en arrière.

Je me releva alors presque immédiatement lorsqu'il se mit à partir, aidé par l'un des vendeurs. J'étais étonné que personne ne lui courre après, mais ils avaient sans doute peur. Le mec qui m'avait relevé faisait carrément le lèche-cul en dépoussiérant mes vêtements. Je n'y fis pas attention en voyant Saigai se changer en humain, j'avançais d'un pas et pencha la tête pour voir son engin. Pas du tout discrètement. Mais de lui se fut plutôt compliqué. Je soupira et tourna alors la tête vers l'homme en entendant l'animal. Celui-ci se permettait de regarder mon hybride, de clairement le mater. Je le poussa alors et un coup de poing bien placé lui refit le nez. Bien fait trou du cul. « Je réglerai plus tard. »

D'un pas lent mais sûr de moi, je marchais vers ce qui semblait être à moi à présent. Il possédait des cornes et une queue. Nan, deux queues. Cette idée me fit rire de l'intérieur et sourire en montrant tous mes crocs à l'extérieur. Arrivé à sa hauteur, je lui tourna alors autour. Les taureaux sont bien membrés donc. Je tendis alors la main et attrapa l'une de ses fesses pour la pincer à pleine main. « Mh. » Je sortis du magasin alors et me dirigea vers ma voiture. « Grouille toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un, deux, trois.... Faisons éclater les cages ! (Pv. Hunter.)   Mer 31 Déc - 7:37

<< bouge ton cul crétin. >>

La frustration restait grande. Et dire que la veille il avait finit KO avec une vingtaine de sédatif à cheval... Qu'il s'était réveillé à nouveau à l'animalerie, mais en étant attaché avec un collier électronique... Et il avait rencontré cet homme.... Ce mec... Ce foutu mec. Un vétérinaire de ce qu'il avait comprit, sinon, quel autre taré ce baladerait avec du sédatif à cheval ? Enfin bon, il leur avait aussi très bien montrer que ce ne serait pas un vulgaire collier électronique qui l'empêcherait de prendre sa forme de bovin. Il était fier de son apparence de taureau. Oui bon, son joli minois était ensanglanté et il avait une aiguille de seringue planté dans le dos, mais il restait droit. Il restait fier de lui même. Son égo ne changera jamais. Et justement, il avait tenter de faire comprendre à cet homme qu'il serait sien. Il l'avait pousser au sol et maintenu ainsi avec un seul sabot pour tenter de lui faire comprendre... Mais d'un autre côté, ce n'est qu'un vulgaire humain, il ne doit surement même pas avoir comprit... Pfff. Pas grave.

Étant donc nu, près de la porte, il l'attendait, mais en profita pour observer un peu... Sa nudité lui valu des regards, mais les ignoraient complètement. Il fut plutôt intéresser par la réaction de l'homme. Il venait donc de frapper un des mec qui reluquait le bovin. Intéressant. Huhu. Mais le taureau resta là, ne bougeant pas, l'observant. Un possessif, tant mieux ! Regardant alors dehors pour évaluer la température, il sursauta et sentant une main lui attraper une fesse. Regardant l'homme, les yeux grand ouvert, il frustrait. Ce débile avait oser ! Il le lui ferait payer. Et même...

Il le suivit en le voyant sortir... Mais le suivit de si près, qu'il alla se caler dans son dos sans aucune gêne et ignorant carrément les passants. Il souriait. Ce con lui avait donner envi de jouer, mais il était hors de question d'être le soumis. Passant alors ses bras autour de lui, il glissa une mains vers le bas ventre de son maitre, tout en collant son bassin contre ses fesses.

"Ose retoucher à mes fesses et je te jure que je te prouverais que je suis dominant, ne va pas croire le contraire ~"

Aussitôt après ses rapides mots et une très, mais vraiment très, légère caresse, il le lâcha pour aller s'asseoir dans le véhicule, regardant déjà par la fenêtre, curieux de savoir où il irait vivre maintenant.

(À toi de voir si tu veux rep ici ou commencer un autre rp \o)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un, deux, trois.... Faisons éclater les cages ! (Pv. Hunter.)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un, deux, trois.... Faisons éclater les cages ! (Pv. Hunter.)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Rps-
Sauter vers: