AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Soirée interminable ou rencontre heureuse.. [PV Nomad ♥] [Terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Soirée interminable ou rencontre heureuse.. [PV Nomad ♥] [Terminé]   Mar 25 Nov - 22:39

Ce tic tac résonnait dans son esprit alors qu'elle ne regardait même pas l'horloge du bureau. Mais elle savait que la fin de son travail arrivait bientôt. C'était aujourd'hui, ce jour maudit, celui où elle avait perdu une partie de sa vie.. Elle se souvenait encore de comment elle avait été en apprenant la nouvelle. Et chaque année, elle ''fêtait'' l'anniversaire de sa mort. Voulant marquer cette date d'une pierre importante, parce que ça resterait toujours dans sa mémoire. Puis, l'heure arriva et elle rangea ses affaires après avoir imprimé son article. Elle prit son sac, laissant là le reste pour le lendemain et sortit de l'immeuble en même temps que tout les autres.

Elle rentra chez elle, un petit appartement bien assez grand pour elle seule, et se rendit aussitôt dans la salle de bain. Une bonne douche pour se changer les idées après une journée de travail. Puis un peu de parfum et une jolie tenue. Une jupe noire et un chemisier de la même couleur. Collants assortis et un collier simple autour du cou. Enfin, simple, c'était celui que lui avait offert son fiancé à l'un de ses anniversaires et qu'elle portait ce jour là chaque années. Elle regarda quelques instants sa bague de fiançailles et retint ses larmes. Elle ne devait pas craquer. La jeune femme se maquilla et passa sa main dans ses cheveux, les laissant libre et les ramenant un peu sur la droite. Puis, elle mit ses bottes et prit une veste avant de sortir enfin.

Elle n'avait pas trainé longtemps dans les rues, sachant où elle voulait aller. Dans un des bars de la ville, elle l'avait repéré un de ces soirs et l'avait trouvé bien. Alors elle s'y rendait, posant son sac sur la banquette à côté d'elle avant d'appeler le serveur. April commanda un premier verre. Eteignant son portable comme chaque années à cette date. Elle remercia le serveur lorsqu'il lui apporta sa commande et elle le vida d'une traite, recommandant la même chose. Le jeune homme la regarda quelques instants, un peu ébahit, avant de repartir vers le bar chercher le même verre. Il ne s'inquiéta pas plus de la voir boire avec tant de rapidité de l'alcool.

Après deux bonnes heures passées à cette table, dans ce bar, et bien des verres descendut, April avait commencé à ressasser le passé. Murmurant tantôt en anglais et tantôt en japonais. Le serveur hésita un peu à lui donner le verre suivant qu'elle lui demandait. Mais voir les larmes commencer à couler sur les joues de la jeune femme le décida. Sûrement un coup de panique et ne voulant pas se retrouver à la consoler, il avait fuit de cette façon. Alors elle avait pu continuer de boire. Comme elle savait si bien le dire, elle n'avait pas besoin de la compassion des autres. Elle noyait sa peine une fois par an, alors qu'on la laisse tranquille en train de plonger dans son abîme.. Du moins c'est ce qu'elle disait, mais le pensait elle vraiment.. Ca, personne ne saurait le dire et elle même non plus. Elle était déjà bien de trop alcoolisée.. D'ailleurs, si elle s'était vu dans une glace, elle aurait vu que le maquillage mit avait un peu coulé autour de ses yeux. Elle était certainement plus proche du panda que de la femme à cette instant présent. Ca aurait pu la faire rire en temps normal, mais pas ce soir.


Dernière édition par April Miller le Jeu 25 Déc - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Soirée interminable ou rencontre heureuse.. [PV Nomad ♥] [Terminé]   Mer 26 Nov - 11:53

J’en suis déjà à mon troisième verre lorsque je la vois entrer, cette femme. Elle est jolie, voir même sublime, et je n’ai que le même réflexe que tous les autres hommes ici ce soir. Nous l’avons tous regardé, sans exceptions. De sa chevelure soigneusement peignée à ses yeux lignés de noir et de ses pulpeuses lèvres à ses interminables jambes. Moi j’ai surtout noté le bijou sous le rouge de sa bouche, piercing qui ne va pas à tous mais qui chez elle me semble tout à fait charmant. J’ai pris le temps de regarder sa fine silhouette, comme tous les autres, mais c’est sur son regard qu’a fini par se poser le mien. Je l’observe avaler son premier verre d’alcool comme si la soif de tous les démunis la tiraillait. Ça m’intrigue, je la fixe, les coudes posés contre le comptoir, m’imaginant déjà les raisons de son évidente addiction, alors que je plaque moi-même les lèvres contre l’extrémité de ma bière pour en avaler une certaine quantité. Elle est jolie, semble tout aussi fragile que farouche, et je ne dois pas être le seul à me rendre compte de la chose, car même le serveur semble incertain, et aucun prédateur n’a envie de roder autour d’elle pour le moment. Tant mieux. Je n’aime pas voir ce genre de type s’attaquer aux plus faibles.

Et puis la raison qui m’a emmené ici est tout autre que pour tenter de protéger la nouvelle venue. J’ai moi-même à faire dans ce bar. J’attends quelqu’un, d’une impatience qui s’accroit de minutes en minutes. Cet endroit est un recueil à hybrides rebelles. Le gang dont je fais partie possède quelques contacts qui nous permettent d’user de cet endroit comme première planque aux nouveaux libérés, ainsi qu’une parfaite excuse pour rencontrer les informateurs. Je ne sors que rarement de ce que je pourrais qualifier de ma tanière. Mes ordinateurs sont plus importants que les relations sociales dans mon cas et je doute être vraiment doué pour le job qu’on m’envoie faire, mais je suis pour l’instant le seul hybride du gang dont l’apparence physique est restée entièrement humaine. Les modifications génétiques n’ont fait que m’apporter une musculature largement trop imposante pour un mec qui passe ses journées devant ses écrans, du coup c’est l’informaticien qu’on expédie dans un bar bourré d’humains, pour récolter les informations nécessaires à la survie des opérations.

Je reste donc là, silencieux, sirotant en fixant cette demoiselle esseulée dont la solitude me rappelle un peu la mienne en ce moment. Elle est mon seul point de mire, jusqu’à ce qu’enfin, mon rendez-vous se présente. Nous échangeons une accolade, rions bien gras comme deux amis heureux de se revoir. En vérité, je ne sais rien de lui, pas même son nom ou son âge, et avant même de l’entendre, je ne connaissais pas le son de sa voix. Nous n’avons vue qu’une photo de l’un et de l’autre, la veille de la rencontre, comme le veut le protocole. Je lui offre de suite une bière, m’en tiens à mon rôle de bon ami heureux de revoir l’un des siens. Je dois dire que j’arriverais presque à croire à ma propre mise en scène. Moi qui croyait ne pas être à la hauteur, il semble que la rencontre se passe mieux que mes appréhensions l’envisageaient.

Alors nous parlons, buvons, rions. Nous nageons en plein mensonge, et pourtant, tous nos sens sont concentrés à s’assurer que personne ne s’occupe de nous, que rien ne filtre de nos paroles. Le barman est de notre côté, comme tous les employés de ce bar, alors après une vingtaine de minutes à jouer le jeu, mon informateur et moi commençons enfin à aborder le sujet. Nos voix se font plus calmes, et malgré quelques sourires amicaux, la conversation est plus pesante, car bien que nous soyons l’un pour l’autre des étrangers, c’est la même cause qui nous anime, le même désir qui nous porte à mettre nos vies en périls de cette façon.

Je ne sais pas combien de temps est passé lorsque mon ‘’ami’’ se retire. Je n’ai pas de montre, et l’horloge de l’enceinte est derrière moi. Pas envie de me retourner, je constate plutôt mon énième bière pour la terminer et puis la poser plus loin sur le comptoir, m’en débarrasser. Je jette un billet sur ce-dernier, paye mon dû avec quelques extras pour le silencieux barman qui croise mon regard d’un air de solidarité. Je lui souris, il retourne à ses clients un peu plus loin et voilà que je pose les yeux sur cette donzelle qui n’a plus tout à fait la même apparence qu’au début de la soirée. J’en fronce les sourcils, tant son humeur –qui semblait pas très forte déjà- s’est dégradée. Décidément intrigante, cette humaine avec sa beauté naturelle et son mal être évident. Sauf que je ne suis pas le seul à remarquer combien elle a mal, les larmes qui ont coulés, le maquillage gâché et surtout, la faiblesse d’un état pareil. Je les vois, tout autour, ces hommes prêts à passer à l’attaque, comme des chasseurs cernant une proie blessée, une victime facile de leur gourmandise écoeurante. Ces humains. Si j’ai eu la chance de rencontrer des perles dans mon existence, la majorité ne reste que des imbéciles, se trahissant les uns et les autres, ne pensant qu’à leur petit nombril individualiste. Ils ont oublié l’honneur, les valeurs, oublié que la force fait l’union, que les faibles doivent être aidés, et non écrasés.

C’est un noiraud qui me pousse à avancer. Je le vois dans son regard. Il n’y a rien de bon, rien de doux, rien de quelqu’un qui veut donner de soi. J’expire fortement par les narines, un vieux tic que j’ai retenu de mon côté animal sans doute, et m’approche. Je suis grand, bien plus que lui, alors en quelques enjambés, je contourne le comptoir du bar et arrive devant la banquette de cette jeune femme qui ne semble pas avoir conscience de ce qui se passe en ce moment. Je prends le temps de plonger un provocant regard au fond de celui de l’homme qui venait vers elle, le menaçant de mes iris inébranlables, comme pour l’avertir de mon absence de pitié envers lui. Et puis je m’assois. Je prends place devant la belle en détresse et la constate silencieusement, le dos bien appuyé contre le dossier de faux-cuir brun. Son visage est troublé de douleur, ses joues barbouillées de ce mascara qui a coulé.

Quelque chose en moi s’attendrit en la voyant ainsi, alors qu’elle lève les yeux pour moi, sans doute curieuse de connaître la raison qui m’a poussé à prendre place face à elle. Alors je lui souris, doux et chaleureux, moi qui ai pourtant un visage plus souvent de marbre, absent d’expression. Je me doute cependant que sans un air plus agréable, je ne lui inspirerais pas confiance. Mes lèvres s’étirent donc, rien que pour elle, tandis que je lève une main et me penche vers la table pour prendre une joue, l’essuyer de mon pouce. Sans doute trop familier, j’en conviens, mais soit, c’est l’envie qui m’a prit à cet instant. Je caresse la peau aussi douce que je l’avais imaginé plus tôt, chasse les larmes et les traces noirs qui sont venues avec pour lui avouer d’une voix calme.

- Mademoiselle, il y a des hommes ici qui cherchent à profiter de votre petit moment de faiblesse. Je crois qu’il serait sage pour vous de rentrer ce soir, et de vous consoler dans le confort de votre maison.

Je tente un sourire un peu plus amical, quitte le creux de son regard pour ramener ma main, puis tendre la seconde, répéter le même geste et essuyer les barioles dessinées par sa tristesse. À cet instant, je pense à Kathleen, au moment de sa mort, à ses douces paroles et surtout, à ce mal qui m’a prit lorsque ma précieuse maîtresse a perdu contre le cancer. Alors mon sourire s’efface quelque peu, se muant pour afficher une expression plus compréhensif, tandis que je retire mon pouce du visage de la belle.

- Mais si c’est vous noyer dont vous avez besoin, je veux bien rester près de vous jusqu’à ce que vous ayez assez bu pour effacer votre peine...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Soirée interminable ou rencontre heureuse.. [PV Nomad ♥] [Terminé]   Mer 26 Nov - 14:35

Les hommes autour ? Elle n'y faisait pas vraiment attention au fond, préférant se concentrer sur son verre et ses souvenirs.  La jeune femme glissa ses doigts dans ses cheveux en les ramenant sur le côté. Un soupir s'échappait de ses lèvres, se terminant dans un sanglot qu'elle étouffait avant de finir son énième verre. A combien en était elle ? Elle ne les avait pas compté et s'en moquait éperduement du moment qu'elle pouvait oublier toute sa tristesse et sa détresse dans l'alcool.

Un homme commençait à s'approcher d'elle et de ses yeux bleus un peu brouillés par les verres descendut, April le regardait comme perdu. Que lui voulait il avec sa démarche très assurée.. ? Mais, il fut dépassé par un autre et fit demi tour pour elle ne savait quelle raison. Un autre s'assied face à elle. Il était beau, c'était indéniable. Et elle pouvait le reconnaître même à moitié saoule. La jeune femme le fixa un moment en silence et eut un léger mouvement de recul en voyant la main s'approcher. Mais elle se posa en douceur sur sa joue et son pouce essuya larmes et maquillage qui avait coulé sur sa joue. Un frisson parcourut son dos et elle ferma les yeux. Sentant la seconde main faire de même sur son autre joue. Tant de douceur, elle en pleurerait encore si elle ne se retenait pas.  Elle rouvrit les yeux en l'entendant parler et esquissa un sourire. Peut être un peu trop amer, mais quelle importance..

-Tous les hommes sont des animaux. Qui me dit que vous n'êtes pas comme eux..

Elle avait murmuré tout bas, se demandant si l'inconnu l'entendait. Puis avait finalement détourner les yeux. Non, son sourire si doux et ses gestes attentionnés ne trompaient pas, il ne lui voulait pas de mal. Elle passa de nouveau une main dans ses cheveux, les ramenant de côtés. Un peu décoiffé à fort de les bouger.

-Excusez moi.. Je sais plus très bien ce que je dis..

Ce n'était pas totalement faux. Mais cet homme lui faisait étrangement mal au cœur. Son esprit fonctionnait un peu au ralentit et elle mit un certain temps avant de comprendre pourquoi.. Il lui rapelait son fiancé. Attentionné et doux, alors qu'ils ne se connaissaient même pas.. Elle posa à nouveau un regard trouble sur lui à sa proposition avant de répondre.

-Pourquoi resteriez vous avec une parfaite inconnue.. ? Surtout pour la voir boire à n'en plus s'en souvenir le lendemain..

Heureusement qu'elle commençait un peu plus tard d'ailleurs. Elle s'appuya dans le fond de la banquette et appela le serveur pour commander un autre verre pour elle et ce que voulait l'homme en face. Elle lui offrait la boisson. Puis, une fois le jeune homme partit, April fixa celui qui l'avait rejoind. Ce n'est pas parce qu'elle avait bien bu qu'elle n'était plus capable de tenir une conversation à peu près correcte. Seulement, elle essayait d'abord de le jauger du regard. Ses pupilles un peu élargies et cachant une partie du bleus trouble de ses yeux. Elle n'avait presque plus de maquillage, juste encore quelques traces noirs de ce qu'avait essuyé l'homme. Elle passa sa langue sur ses lèvres, récoltant un léger goût salé. Puis referma ses dents sur la partie de son piercing à l'intérieur de sa bouche. Le silence ne lui semblait même pas pesant puisqu'elle le désirait en ce moment présent. Et pourtant, elle ne pouvait décemment pas continuer à le fixer toute la fin de soirée en buvant sans lui dire un mot.

-Je m'appelle April.. Merci de me tenir compagnie, même si nous nous connaissons pas..

Elle remercia le serveur lorsqu'il apporta les boissons et prit son verre. Le levant quelques instants comme pour trinquer avec avant de boire quelques gorgées et de le reposer. Elle attendait une réponse. Ou pas peut être. Au fond, qu'il lui fasse la conversation ou non, ça lui importait peu. Elle savait qu'elle ne se remettrait pas à pleurer face à lui. Du moins l'espérait elle. Fallait dire que la douleur dans son cœur ne prévenait pas lorsqu'elle submergeait la jeune femme. Elle croisa doucement les jambes, sa jupe remontant un peu mais elle ne s'en inquiétait pas. Une main se glissant une nouvelle fois dans ses cheveux. Un léger soupir s'échappant à nouveau de ses lèvres..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Soirée interminable ou rencontre heureuse.. [PV Nomad ♥] [Terminé]   Jeu 4 Déc - 12:59

Je l'observe, silencieux. Je ne suis pas l'homme le plus bavard, pas de ceux qui vous pondent des monologues à n'en plus finir, pas de ceux qui animent la conversation à eux seuls, voir ne vous laissent pas placer un mot. Non. Je ne suis pas ces hommes. Je suis plutôt celui qui écoute, celui qui analyse, déchiffre. J'ai depuis longtemps compris qu'il ne sert à rien de poser tout un tas de questions, que la plupart du temps, les gens disent ce qu'ils veulent qu'on sache d'eux. Et puis cette femme n'est pas un informateur, alors je n'ai pas à lui jouer la comédie. Je peux simplement rester moi-même et la protéger jusqu'à ce qu'elle doivent rentrer. Oui. Ça me plaît bien comme job. C'est plus relaxe que tout à l'heure et al compagnie d'une si jolie créature ne peu qu'être agréable.

Je regarde donc ses gestes, ses tentatives de reprendre un peu de contenance alors que je lui impose ma présence. Je restai muet, à la contempler d'une manière calme et sereine, loin de ces humains tout autour dont je pouvais presque sentir l'odeur de la jalousie se refermer sur moi. Je l'admirai jusqu'à ce qu'elle nous commande des verres. Un bref échange de regards entre le serveur et moi, et nous nous entendions sur l'état de ma jeune prunelle. Hors de question de lui servir un autre verre. Celui-là serait le dernier.

- April, répétai-je comme pour graver le prénom au fond de ma mémoire. Nomad, enchanté. Et pour répondre à vos inquiétudes, il me fait plaisir de vous tenir compagnie, peu importe votre état. Je n'aime pas voir que tant d'hommes ici cherchent à profiter de votre faiblesse. Et puis vous me rappelez un peu quelqu'un.

Oui, bon. Ça aurait été dans son plus jeune temps, une époque où je ne la connais pas encore, mais mon ancienne maîtresse avait cette même fragilité qui planait autour d'elle et sachant qu'elle était à la fois douce et forte d'esprit, le mélange n'était que d'autant plus chaleureux. Je voyais en cette April ce besoin d'être protégé qui n'était que de passage, quelque chose qui ne lui était pas commun. Quelque chose de très douloureux. Alors je bu une gorgée de la bière qu'elle m'avait offert, et la fixai plus intensément.

- Qu'est-ce qui vous fait boire autant, April ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Soirée interminable ou rencontre heureuse.. [PV Nomad ♥] [Terminé]   Jeu 4 Déc - 21:15

Elle ne fait pas vraiment attention au regard que l'homme échange avec le serveur, prenant plutôt son verre en main pour le porter à ses lèvres et en boire une longue gorgée. Un frisson incompréhensible la parcourt lorsqu'elle l'entend prononcer son nom et la jeune femme lève alors de nouveau les yeux vers lui. Il s'appelait Nomad, un prénom assez peu courant, mais qu'elle trouvait plutôt beau. Elle sourit un peu en entendant la suite. Tant d'hommes qui chercheraient à abuser de sa faiblesse ? Ah c'est sur qu'elle devait attirer les regards avec son visage un peu déconfit par la tristesse et l'alcool. Mais elle s'arrêta et le fixa avec un soudain sérieux à la fin de sa phrase. Elle lui rappelait quelqu'un..? Et elle qui avait pensé à son fiancé en voyant Nomad.. Elle laissa échapper un petit rire qui se termina en sanglot. Avant de laisser filer dans un murmure.

-Vous me faites aussi penser à une personne qui m'était très chère...

Elle reprit son verre pour le finir en quelques gorgées. Les larmes roulant de nouveau sur ses joues en autant de chemins salés traites de venir à nouveau alors qu'elle n'était plus seule. Elle essuya sous l'un de ses yeux du bord de sa main après avoir reposé son verre et le regarda boire un peu également. Elle s'appuya alors sur la table, appelant le serveur pour qu'il la resserve. Mais il ne vint pas, feintant de ne pas l'avoir vu.. Elle se passa une main dans les cheveux et regarda Nomad, les yeux encore embués de ses larmes qu'elle contenait avec bien du mal.

-C'est pour mon fiancé.. Je bois pour lui..

Oui, elle préférait dire que c'était pour lui plutôt que pour sa mort. Elle savait que ça ne voulait pas dire la même chose et peut être même que ça ferait partir l'autre homme.. En réalisant ce fait, elle comprit aussi que ce soir, pour une fois, elle ne voulait pas être seule. Alors elle ajouta bassement, baissant les yeux vers son verre vide.

-Il est mort à cette date.. Alors je bois à sa mémoire.

Comme un geste instinctif, elle vint caresser du bout des doigt la bague de fiançailles qu'elle portait à l'annulaire gauche. Elle ne l'avait jamais enlevé depuis sa demande..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Soirée interminable ou rencontre heureuse.. [PV Nomad ♥] [Terminé]   Ven 5 Déc - 0:02

J'aurais pu croire n'importe quoi à ses paroles. Ses larmes évoquaient une douleur que personne n'aurait nier et je dû, je dois bien me l'avouer, me contenir de la rejoindre pour une étreinte chaleureuse. Il n'y aurait eu là rien de malsain, qu'une simple accolade que je jugeais affectueuse, pleine d'une compassion que les humains ne semblent plus se permettent de nos jours. Et c'est justement parce que je la savais humaine que je ne le fis pas. Je restai à la regarder se battre contre sa peine, tenter de la noyer encore. Je me demandais ce qui l'avait poussé à se comporter de la sorte et lorsqu'elle m'énonça un certain fiancé, plusieurs hypothèses me vinrent à l'esprit. L'adultère, le mensonge, la trahison. La plupart des scènes se terminaient avec ce fiancé qui lui faisait du mal, que ce soit physiquement ou moralement. Je fronçai les sourcils, prêt, déjà, à démonter la gueule de quiconque lui avait fait du mal. C'est du moi tout cracher, vouloir sauver tout le monde.

Mes yeux baissèrent lentement pour observer la bague qu'elle caressait d'un geste qui sembla machinal. La vérité était tout autre. Bien plus cruelle qu'une relation qui ne fonctionne plus. Car il y a dans la vie bon nombre de choses qui font mal, mais se voir privé d'amour alors qu'on avait trouvé sa place au creux du coeur de quelqu'un, ça... ça c'est de la vraie cruauté. Et parce que j'ai eu la chance de partager la vie d'une femme qui m'estimait important, je compris tout de suite sa peine. Je la partageais, depuis quelques années. Je n'en serais jamais guérit, malgré mon deuil, mes pensées voltigeaient souvent vers Kathleen, celle qui avait été ce qui se rapproche le plus d'une mère aimante pour moi et je savais tout au fond que je ne retrouverais jamais pareil sentiment de confiance envers quelqu'un.

Mon premier réflexe fut de lever les bras pour les glisser sur la table, jusqu'à ces mains délicates que je recouvrai des miennes. Je posai sur April un regard doux, calme. Ce n'était pas de la pitié. Juste une forte compassion. Je serrai doucement ses doigts fins, laissant un silence plein de sens planer entre nous. Il ne me sembla pas lourd ni déplacé. Il sembla être l'accord muet que nous nous comprenions.

- J'ai perdu quelqu'un d'irremplaçable il y a deux ans.

De nouveau un silence. Je lui laissai constater que je partageais sa douleur, puis je me redressai, libérant ses mains pour croiser les bras et la gronder quelque peu. J'allais tout de même pas lui laisser croire qu'elle avait raison de faire ce qu'elle faisait.

- Mais je doute que vous devriez continuer de boire. Si ça continue, vous n'arriverez même pas à tourner la clé dans la serrure de votre porte.

Je rigolai doucement, me voulant à la fois chaleureux et amical. Cette petite dame n'avait pas besoin que je m'apitoies sur son sort avec elle. Un brin de bonne humeur ne lui ferait sans doute aucun mal alors je m'extirpai un peu de mon attitude plutôt renfermée en général, pour lui faire un sourire et tenter de lui en décrocher un.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Soirée interminable ou rencontre heureuse.. [PV Nomad ♥] [Terminé]   Ven 5 Déc - 6:31

Elle retint un mouvement de recul en sentant les mains de Nomad recouvrir les siennes, relevant les yeux vers lui alors qu'elle se prenait à apprécier cette douce chaleur rassurante. Alors lui aussi avait perdu quelqu'un de cher. Il pouvait la comprendre alors. Cette place laissée vide dans le coeur parce que cette personne était irremplaçable. Cette douleur lorsqu'on repense aux bons moment qui ne seront jamais revécu. Ce manque de ne plus être ou l'avoir dans ses bras. Puis ses mains se retirèrent et elle les aurait bien rattrapé pour garder ce semblant de chaleur, mais il reprit la parole. Semblant comme la gronder. Un léger sourire étira ses lèvres.

-Si vous me raccompagniez, je vous laisserais ouvrir ma porte alors.

Elle lança un regard vers le serveur qui se détourna aussitôt et elle soupira un peu. S'appuyant dans le fond de la banquette, ses mains disparurent de la table pour venir se poser sur ses cuisses. Son regard un peu trouble faisant le tour de la salle, observant quelques hommes qui les regardaient d'un air un peu insistant, mais qui ne semblaient pas oser s'approcher de trop. Puis, elle regarda de nouveau Nomad.

-On dirait que le serveur veut plus me servir de toute façon.., soupire t elle. Je devrais peut être rentrer chez moi alors. Il doit me rester une bouteille dans un placard, vous voulez venir ?

Elle invitait un parfait inconnu, mais doutait aussi qu'il lui fasse quoi que ce soit. Au contraire, il semblait l'avoir plutôt protégé des hommes plus avides de vouloir profiter d'elle. April sortit son porte feuille, regardant à l'intérieur pendant quelques secondes avant de sortir quelques billets dans vraiment compter. Puis elle les posa sur la table et se leva. Sa main se posa un peu brusquement sur la table en sentant que tout tournait autour d'elle. Ses jambes la tenaient encore par elle ne savait quel miracle. Elle jeta un regard vers la sortie, de l'autre côté du bar et essaya d'avancer. Mais elle du se rattraper à Nomad en manquant de trébucher. Sa main se posant sur l'épaule de l'homme.

-Désolé.. Je ne voulais pas vous tomber dessus..

Elle fit lentement glisser sa main pour la retirer, même si elle n'était pas bien sure de tenir assez longtemps sur ses jambes pour quitter le bar et rentrer chez elle. Elle prendrait peut être un taxi..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Soirée interminable ou rencontre heureuse.. [PV Nomad ♥] [Terminé]   Ven 5 Déc - 15:09

Je restai immobile devant elle, les bras croisés, mon regard à la fois sévère et amusé. J’ignorai sa proposition, n’y voyant là qu’un simple appel d’un réconfort que je ne pourrais pas lui offrir, continuant de la fixée alors qu’elle s’adossait plus confortablement et regardait tout autour d’elle. Je la contemplai, muet, observant les traits qui semblaient presque dessinés sur son visage. À ce moment précis, j’eus la ferme conviction qu’April était la plus belle femme qu’il m’avait été donné de rencontrer dans ma vie. Elle m’apparut comme un amalgame de donnés, de codes plus indéchiffrables les uns aux autres. Le hacker en moi la vit comme un rassemblement de données complexes, comme un tas de glyphes inconnu. Elle était le mystère d’une vie, une équation qui m’était ignorée, inexploitée. Je notai tout. De ses lèvres rouges à la charnure envoûtante à ce bijou qui ne semblait avoir pour rôle que de mieux les sertir. De ce menton à la courbe délicate, tout comme l’étaient celles de sa mâchoire. Je remarquai les piercings de ses oreilles, admirai l’un d’eux miroiter alors que son regard parcourait l’enceinte du bar, ne remarquant pas mon étude focalisée. Ses joues étaient devenues rosées par l’alcool qui lui montait à la tête, voilant la douceur de ses iris pâles, lui donnant un air fragilisé qui me plut, je m’en excuse. Son maquillage avait coulé, chassé par les larmes que je l’avais vue verser plus tôt, mais je devinais son adresse pour encadrer son regard d’un noir charbonneux. Je le voyais à ses sourcils finement entretenue, deux courbes parfaites au-dessus de ses paupières ombrés. Elle ne me voyait pas, mais moi je ne voyais qu’elle. Mon regard suivit les mèches éparpillées de ses cheveux bruns, lissant l’une d’elle jusqu’à ce cou tendu où je me surpris à désirer poser les doigts. J’avoue bien contre moi avoir laissé mon regard fuir jusqu’aux pointes de sa tignasse ondulée, contemplant un instant les monts exposés par l’échancrure de sa robe.

Elle tourna le visage vers moi au moment où je terminais mon émerveillement de la perfection de ses traits, alors que ma bouche s’était déjà posée contre l’ouverture de ma bière et que j’en avalais quelques rasades pour satisfaire ma gorge asséchée. Que m’arrivait-il ? Mon regard était perché au sien, incapable d’en décrocher. Elle m’envoûtait, m’ensorcelait. Je su dès lors que cette créature pourrait faire de moi tout ce qu’elle voulait et que jamais, au grand jamais je ne pourrais lui en vouloir. Sa voix revint chasser mes pensées, et l’invitation me fit sourire. Chez elle ? C’était ridicule. Rien qu’à voir son apparence, les vêtements et la bourse, je pouvais comprendre que je n’étais pas un homme de sa classe. Oui, bien sûr, j’aurais pu simplement saisir ma chance, tirer un bon coup avec une déesse et filer au petit matin en lui volant la bonne pile de billets que je pus constater lorsqu’elle ouvrit son porte-monnaie dernier cri pour payer ses multiples consommations et celle qu’elle m’avait offert si chaleureusement. Mais non. Fallait croire qu’il me restait une conscience, ou alors dois-je être de ceux qui sont trop romantique et qui se gavent de rêve d’amour et de partenaire idéale plutôt que de jeunes femmes complètement sonnées par l’alcool.

Elle se leva. Mon regard suivit ses gestes. Elle allait me quitter, sans que j’eus encore répondu quoi que ce soit. Pressée de retrouver sa bouteille sans doute, pour noyer ce chagrin dont elle m’avait si gentiment octroyé le secret quelques minutes plus tôt. April n’avait rien de stable. Sa tête lui tournait, c’était évident et je me demandai à cet instant si je ne ferais pas mieux de la raccompagner, ne serait-ce que pour m’assurer qu’elle rentre bien chez elle, et que je ne me couche pas rempli de remords en me demandant si un vautour ne l’avait pas happée. Mon regard traversa rapidement la pièce, remarquant que tous les hommes, ou presque, continuaient de poser leurs regards lubriques sur son splendide corps dont les cuisses s’étaient quelque peu dévoilées par le mouvement de ses vêtements. Si je ne la suivais pas, l’un d’eux le ferait. C’était écrit partout, sur les murs, dans ma bière, au plafond et sur ses courbes à elle. Il m’était alors évident que je devais continuer ma protection, que ce job que je m’étais imposé était loin d’être terminé. C’était carrément du bénévolat, merde.

Sa main rencontra mon épaule, durement. Elle s’était rattrapée à moi alors qu’elle contournait la table pour fuir vers chez elle, mais incapable de marcher normalement, ma pauvre protégée avait dû se retenir à moi. Je croisai son regard, de moins en moins lumineux. Elle s’excusa, polie malgré l’alcool, et je souris de nouveau. Elle était amusante, après tout.

- Okay je pense que tu vas rester ici un peu, hein.

Je ne suis pas certain d’où était passé le vouvoiement, mais il n’était plus là. Je la tutoyais maintenant comme si elle était une amie, quelqu’un que je connaissais bien. La familiarité semblait de mise. Elle avait besoin que je veille sur elle et moi j’avais besoin de rassurer ma conscience. Ma voix s’était faite douce, calme, invitante même, ne serait-ce que pour la convaincre. Je passai un bras autour de sa taille fine, l’attirant vers moi alors que je me déplaçai sur la banquette pour lui faire de la place. Comme ça au moins les hommes de l’établissement changeraient peut-être d’idée.

- Je vais te commander un café, t’es pas en état de partir tout de suite et ta bouteille ne changera rien à ta peine. Imagines un peu que ton ami hante encore ton appartement. Tu crois qu’il aimerait te voir revenir comme ça ?

Je ne crois pas aux fantômes. Je dis ça rien que pour lui donner une raison de ne pas partir tout de suite. J’en viens à me demander ce que je cherche vraiment, alors que je retire le bras de son corps pour ramener les deux contre la table. Je penche la tête, les mèches de mes cheveux teints tombant de l’autre côté alors que je lui offre un regard amusé. Je veux qu’elle reste. Parce que j’ai peur pour la suite. Et parce que je veux simplement... qu’elle reste. Je suis un idiot.

- Xiao. Apportes-nous des cafés, s’il te plaît.

Le barman tourne finalement son regard vers nous, après avoir ignoré tant de demandes muettes lancées par ma nouvelle amie. Pas question qu’elle continue de boire, mais un café ça lui ferait sans aucun doute plus de bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Soirée interminable ou rencontre heureuse.. [PV Nomad ♥] [Terminé]   Sam 6 Déc - 17:59

Elle ne faisait pas attention que Nomad l'observait. La détaillait plutôt. Trop occupée a parcourir le bar des yeux, essayant de deviner ce que pensaient certains hommes en la fixant avec tant d'attention. Tous des animaux, comme elle le disait souvent. A attendre une faiblesse de sa part pour se jeter dans la brèche. Elle retient un soupir et glisse de nouveau une main dans ses cheveux avant de regarder à nouveau l'homme face à elle. Leur regards se croisant, avant qu'elle ne le détourne pour fixer son verre vide. Elle voulait rentrer, arrêter de boire ici et se mettre à l'abris dans son appartement. Finir sa bouteille et s'endormir sur le canapé. Se réveiller avec une migraine terrible qu'elle cacherait avec quelques cachets prit rapidement et une bonne douche pour faire passer les derniers effets de sa soirée alcoolisée.

Après quelques minutes à se perdre dans ses réflexions, elle lui proposa de l'accompagner avant de prendre congé. Payant les consommations et se levant pour quitter l'endoit. Un seul petit problème, elle avait vacillé, ne tenant plus totalement sur ses jambes. Et du coup, avait du se rattraper à l'épaule de Nomad. Elle s'excusa avec un pauvre sourire et allait retirer sa main. Mais l'homme l'attrapa par la taille avant qu'elle n'ai fait le moindre geste. La tutoyant en lui disant qu'elle ferait mieux de rester un peu plus longtemps avec lui. Un frisson parcourut son corps qu'elle vint presser doucement contre celui de Nomad. Son regard posé sur lui comme si elle le voyait pour la première fois. Et c'était le cas de si près en fait..

-Non, il n'aimerait pas..

Un murmure, retenant le sanglot qui avait manqué de la prendre. Elle regretta presque de sentir son bras se retirer et voir ses mains retrouver la table. Elle approcha doucement une des siennes de la joue de l'homme. L'effleurant du bout des doigts, glissant jusqu'à sa machoire. Une peau si douce.. Il commenda des cafés pour tout les deux et d'une voix douce. Peut être même un peu douloureuse. Elle murmura tout bas.

-Vous me faites beaucoup penser à lui.. Je l'aimais tellement, c'est injuste qu'on me l'ai enlevé..

Une forte injustice selon elle. Pourquoi lui ? Pourquoi avait il fallut que ce soit lui plutôt qu'un autre ? Elle s'était souvent posé la question. Pas qu'elle désirait la mort de qui que ce soit, mais dans son état actuel, elle n'avait plus l'esprit à réfléchir de trop avec raison. Elle retira finalement sa main du visage de Nomad et remercia le serveur lorsqu'il apporta les cafés. Récupérant l'argent sur la table par la même occasion.

Elle était un peu perdu. Tellement de sentiments l'envahissaient en ce moment et elle ferma quelques instants les yeux. Son épaule venant s'appuyer contre celle de l'homme à ses côtés. Soupirant tout bas.

-Je me souviens plus de son odeur.. Sans les photos, je suis sure que j'aurai oublié son visage..

Sûrement du au fait de trop se noyer dans le travail. De toujours vouloir oublier. Ne plus y penser pour pouvoir faire son deuil enfin..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Soirée interminable ou rencontre heureuse.. [PV Nomad ♥] [Terminé]   Mer 10 Déc - 14:16

La douleur. C’est le sentiment qui peut terrasser tous les autres. Peu importe la force de vos convictions, l’amour que vous portez, la patience dont vous êtes capable. Peu importe les bonnes intentions et la pureté de votre âme. La douleur tue. Elle terrasse, brise, ne s’arrête bien souvent que trop tard, lorsque les blessures vous recouvrent, lorsque les dommages sont étalés sur tout ce que votre regard peut toucher. La douleur d’April, je la connaissais plus que je ne pouvais le lui montrer. Je la laissai caresser mon visage, continuant d’admirer le sien en silence. En à peine quelques minutes, nous étions devenu des acolytes, des amis qui s’épaulaient sans que les mots ne soient nécessaire. Sa faiblesse m’attendrissait. Si elle avait été une ennemie, elle aurait pu me tuer, à ce moment, que je ne lui en aurais pas voulu. Son visage barbouillé d’émotions et sa fois au souffle court m’aveuglaient, moi qui n’avais jamais été aveuglé. Je me voulais enchaîné à elle, ne serait-ce que pour la durée de cette courte soirée, ne serait-ce que pour parvenir à lui imposer une adorable sourire et pourquoi pas même un rire.

Les doigts soyeux quittèrent ma joue, emportant avec eux mes pensées, mes réflexions. Je la vis poser la tête contre mon épaule, devinant sa fatigue, son épuisement lié sans doute à ses pleurs abondants. Sa phrase me fit sourire, doucement. Je savais cette peur de l’oublie, l’impression que l’on trahira l’être aimé si les souvenirs de son visage, de sa voix, de ses gestes s’effacent. Je me callai alors plus confortablement dans la banquette, apposant mon dos large contre le dossier pour lever le bras, y attirer ma nouvelle et précieuse amie. Ma main se referma contre son bras opposé au mien, mon pouce caressant délicatement le poignet que je devinais délicat entre mes doigts épais. Je l’attirai contre moi, recueillit sa tête de mon épaule et de mon torse, tandis que mon bras libre venait compléter mon étreinte en se posant doucement contre son cou. Je caressai sa peau, remontant entre sa nuque et ses cheveux, m’alarmant de tant de douceur, sans pourtant cesser. Je ne sais pourquoi je la pris ainsi contre moi, mais je le regrettai presque aussitôt. Ce n’était ni dans mes habitudes ni dans mes désirs de trouver femelle pour m’accompagner. Sauf que là, avec April ainsi prisonnière de mon affection, quelque chose d’à la fois doux et brûlant se déclencha en moi.

- Tu sais, l’amour n’a pas besoin de visage. L’amour n’oublie pas pour si peu. Je ne me souviens plus du visage de Kathleen et pourtant, je me souviens d’elle. De tout et de rien à la fois. Je sais le bien qu’elle m’a fait. Je sais le bien que je lui ai fait. Je sais qu’elle a marqué ma vie d’un amour indélébile, et que chaque fois que j’évoque son nom, je me souviens.

Je marquai une pause, réalisant qu’April venait officiellement d’être la seule et unique personne à qui j’avais parlé de ma ‘’mère’’. Je souris pour moi-même, m’avouant vécu par les charmes de la belle. J’aurais dû me sauver, pendant que j’en avais l’occasion. Car elle venait de faire de moi son prisonnier.

- Tu devrais boire ton café, ça te remettra un peu les idées en place et tu pourras toi aussi te souvenir du sentiment que t’inspirais ton fiancé.

Je retirai à regret les doigts de son cou, prenant mon propre café pour en boire une gorgée. Je lui laissai le choix de se retirer ou non de l’étreinte de mon bras. Je n’avais pas le cœur de prendre moi-même la décision de la lâcher. Le café me ferait aussi du bien, tout compte fait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Soirée interminable ou rencontre heureuse.. [PV Nomad ♥] [Terminé]   Mer 10 Déc - 20:17

Il y avait eut un moment de silence, d'observation. Un peu comme s'ils se jaugeaient chacun avant de savoir s'ils pouvaient parler plus librement. April savait qu'elle le ferait. Non pas parce qu'elle en avait particulièrement envie, mais parce qu'elle en ressentait le besoin. Un profond besoin qui la prenait au creux du ventre pour remonter dans sa gorge comme une boule envahissante et douloureuse. Elle voulait tellement arrêter de souffrir enfin.. Voulait tourner cette page de sa vie afin de reprendre tout en main et ne plus perdre le contrôle d'elle même comme ce soir... Mais ça lui semblait tellement impossible. Elle l'avait tellement aimé. Lui avait tellement donné.. Il était partit avec son cœur et sa raison lui semblait elle.

Ses doigts quittèrent les courbes du visage de Nomad pour venir se poser sur sa propre cuisse. Se tournant un peu alors que ses pensées continuaient de l'envahir en vague continue. S'appuyant doucement contre l'homme tout en se confessant de cette peur.. La peur de finir par l'oublier.. Elle ne se le pardonnerait jamais. Elle ferma les yeux alors qu'elle sentait un bras passer autour de son corps et la main de l'homme se poser sur son poignet. Puis l'autre bras finit de l'entourer, ses doigts caressant son cou et glissant vers sa nuque. Une sensation tellement agréable qu'elle en frissonna. Son corps était appuyé contre le torse de Nomad qu'elle sentait bien développé pour ce qui était de la musculateur. April se sentait même...protéger ainsi.. Une illusion peut être. Une idiotie si ça se trouve. Mais, elle voulait y croire. Au moins pour le temps de cette soirée..

Puis, une des mains quitta sa peau, cessant ses caresses alors qu'elle avait écouté les paroles avec attentions et que maintenant, son ''protecteur'' lui disait de boire son café. Elle redressa donc un peu la tête, le regardant boire quelques gorgées avant de poser une de ses mains sur son torse. Ses doigts caressant à peine quelques instants le haut qui cachait sa peau. Un éclat de douceur et de remerciement dans ses yeux clairs. Avant qu'elle ne prenne finalement sa tasse. Restant pourtant dans les bras de ce presque inconnu qui le temps d'une soirée était devenu comme une bouée pour lui éviter la noyade.

Elle but sa tasse en silence, ne se rendant compte qu'après l'avoire reposé que sa vue était brouillée. Encore des larmes. Elle ne les avait pas sentit venir celles ci.. La boule dans sa gorge cherchant à lui faire avouer le sanglot qu'elle contenait. Elle porta ses doigts à l'une de ses joues, sentant les perles salées qui venaient s'y écraser doucement. La douleur avait beau se cacher sous de belles paroles, sous tout un tas de sentiments qu'elle voulait mettre au dessus.. Elle était toujours bien là. Et bien à sa vue avec la bague de fiançailles. Mais elle n'avait jamais réussi à s'en défaire..

La jeune femme se pressa alors un peu plus contre Nomad. Ses mains venant serrer le tee shirt entre ses doigts et fermant les yeux comme pour arrêter les flots.. Son visage dans le cou de l'homme, mordant sa lèvres si fort qu'elle aurait pu s'en faire saigner. Le seul effet étant que ça tirait un peu sur le piercing et ne faisait qu'ajouter une gêne au reste. Elle n'arrivait pas à s'arrêter.. Peut être quand la brume de l'alcool se sera dissipée et que son esprit serait plus clair. Alors à ce moment là, peut être qu'elle ne pleurera plus et repensera à ces paroles que lui avait dit Nomad. Qu'elle prendrait le temps de se souvenir et qu'elle finirait par faire son deuil..

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Soirée interminable ou rencontre heureuse.. [PV Nomad ♥] [Terminé]   Lun 22 Déc - 17:01

On m’a déjà dit un jour que l’on arrivait vraiment à se détendre que lorsqu’on avait une femme à nos côtés. Je connais bien des hommes qui se plaisaient à dire que non, qu’en fait c’était la sensation la plus stressante du monde. Ce genre de moment où on a l’impression d’avoir les flics au cul. J’ai toujours un peu rigolé de leur façon de voir la gente féminine, de les présenter comme des personnes agressantes, toujours en pleurs et dépendante du mâle qu’ils sont. Ah les humains. Pour le moment, j’étais plutôt en accord avec la première version. D’abord parce qu’avec Kathleen je m’étais toujours sentit bien, en sécurité, mais surtout parce qu’alors que je sirotais mon café, bien enveloppé de ce silence qui semblait nous faire du bien à April et à moi, je réalisais comme j’étais plus détendu qu’à l’habitude. Le temps semblait s’être arrêté, le calme planait doucement entre les voix rauques des hommes buvant dans l’enceinte et les bruits de verres tintant, cognant, glissant contre les tables. C’était doux. C’était bon.

Et c’était éphémère. Je n’avais pas encore terminé ma boisson chaude et amère que mon instinct s’alarmait, m’obligeant à redresser la tête. Quelqu’un venait d’entrer dans le bar, je voyais encore la porte se refermer dans le miroir au loin face à moi. Le reflet m’envoyait l’image d’un homme à la stature large et d’une jeune femme un peu plus féline à ses côtés. Des exterminateurs. Fallait si attendre, je n’avais sans aucun doute pas que des amis dans ce bar et maintenant que j’avais appuyée contre moi la plus jolie femme qui soit, j’avais sûrement attiré l’attention sur moi.

Je n’avais alors que deux options. Abandonné ma nouvelle amie à son sort, prête à se faire attraper par n’importe quel prédateur, ou l’attirer avec moi dans des possibles embrouilles si je n’arrivais pas à me défiler assez subtilement. La seule véritable certitude que j’avais c’était qu’il fallait que je quitte cet endroit. Hors de question d’attendre qu’on vienne gentiment me voir à la table. Même si mon apparence n’avait rien de celle d’un hybride habituel, mon odeur n’était pas non plus celle d’un humain et s’il fallait que l’exterminateur ait un hybride à l’odorat très développé, j’étais cuit, brûlé et calciné.  

- April, dis-je d’une voix qui n’avait plus rien de douce. Je vais avoir besoin de toute ta concentration.

Un regard vers le barman et je remarquai qu’il me regardait déjà. C’était bien ce que j’avais cru. Ma présence ici était devenue dangereuse pour la couverture du bar. Nous échangeâmes un hochement de tête. Pas la peine de payer le café, de toute façon je ne pourrais jamais le lui remettre mort et les conséquences pourraient rapidement dégénérer.

- Derrière nous, il y a deux types. Pas le temps de t’expliquer, mais ils ne doivent pas me trouver. On va sortir par l’arrière en se dirigeant d’abord vers les toilettes. J’ai besoin de toi parce qu’ils cherchent un homme seul.

Je n’attendis pas son accord. Peut-être qu’au fond je savais qu’elle me suivrait, ou alors l’instinct de survie m’avait-il rendu moins bon, je ne saurais le dire. Je me souviens simplement l’avoir prise par la taille pour la faire sortir avec moi. Mes longs cheveux cachaient parfaitement mes traits et sa présence m’apportait un déguisement. J’avançai, oubliant qu’elle était bourrée, la traînant plus ou moins rapidement jusqu’aux toilettes. J’espérais que les exterminateurs allaient croire à mon subterfuge, se dire que la jeune femme ne se sentait pas bien et que son petit ami l’aidait à aller à la salle de bain. Les doigts d’une main tout autour de sa hanche et les seconds agrippant fermement son bras, comme si j’avais peur qu’elle fuit, j’avançai jusqu’à pouvoir tourner vers le corridor. Un bref coup d’œil vers l’arrière et je croisai le regard du gorille. Merde.  

- Merde ! Lançais-je tout bas en tournant le coin. Faut pas traîner !

Trop tard pour moi. Je ne savais pas ce que s’était dit le mec qui m’avait vue partir, mais s’il fallait qu’il m’ait soupçonné, j’étais dans les poubelles. Ce n’était pas le moment de regarder pour être certain, ou de se croire en sécurité juste parce que j’avais une femme à mon bras. Je m’élançai donc, tournant à droit plutôt qu’à gauche pour entrer dans l’arrière-boutique, courir vers l’affiche EXIT au-dessus d’une porte qui mènerait à ma libération. Mes doigts étaient liés à ceux d’April. Je la tenais fermement, incapable de me faire à l’idée de l’abandonner ici. Ou peut-être était-ce de l’abandonner tout court, qu’en sais-je.

Je finis par pousser la porte et d’un mouvement brusque, je soulevai mon amie. Un bras sous ses cuisses froides, l’autre dans son fragile dos, je la pressai contre moi et m’enfonçai dans la noirceur de la nuit. Je ne la ramenai pas chez elle ce soir-là, car c’est chez moi que mon instinct me guida.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Soirée interminable ou rencontre heureuse.. [PV Nomad ♥] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soirée interminable ou rencontre heureuse.. [PV Nomad ♥] [Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie
» 2eme soirée "So glam" [ ouvert a tous ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Rps-
Sauter vers: